Outils numériques

Des classes virtuelles sans comptes élèves

Cette année, pour les collèges et les lycées, le dispositif Ma classe à la maison du CNED demande une identification des élèves pour l’accès aux classes virtuelles et donc par conséquent la création en amont d’un compte par élève (avec une adresse mail).

Cela permet d’avoir une salle d’attente (il est conseillé d’ailleurs d’ouvrir le lien sur un autre appareil pour surveiller les arrivées) afin d’éviter les intrusions au sein des classes virtuelles. C’est une bonne initiative mais la création de comptes par les élèves peut poser problème et empêcher l’accès à la classe virtuelle pour ces élèves en question…

Dans le même temps, la Direction du numérique pour l’éducation (DNE) a ajouté un service de visioconférence pour les écoles, les collèges et les lycées en version beta basée sur la solution Big Blue Button parmi les nombreux outils disponibles sur le portail apps.education.fr. Cette solution ne demande pas d’identification aux élèves et cela laisse donc le choix aux établissements et aux enseignants. C’est pourquoi j’ai choisi de la présenter plus en détails…

Pour rejoindre ce service de visioconférence, il suffit de se rendre sur le lien correspondant à votre profil :

Vous pouvez vous connecter en utilisant vos identifiants institutionnels habituels (après avoir sélectionner votre académie) et vous arriverez sur la page ci-dessous. Vous allez pouvoir démarrer une réunion improvisée en cliquant sur le bouton “Démarrer une réunion immédiatement” ou créer une ou plusieurs salles de réunion en personnalisant les différents paramètres avec le lien “+ Créer une salle de réunion” :

Vous devez donner un titre à la salle de réunion, personnaliser le texte de bienvenue si vous le souhaitez puis indiquer le nombre maximal de participants et la durée maximale en minutes :

Ensuite dans l’onglet “Gestion des permissions“, vous pouvez indiquer les permissions initiales des participants (même si elles peuvent être modifiées en cours de réunion) :

Une fois que tout est prêt, il suffit de cliquer sur “Créer” pour que cette nouvelle salle apparaisse dans la liste de vos salles de réunions. Vous pouvez la rejoindre avec le bouton “Lancer“, modifier ses paramètres avec l’icône crayon ou la supprimer avec l’icône poubelle :

De plus, en cliquant sur le bouton “Inviter“, vous pouvez récupérer les liens à transmettre aux élèves (participants) ou collègues (modérateurs) :

Une fois dans la salle de réunion en tant que modérateur, dans l’onglet “Utilisateurs en attente” sur la gauche, vous allez pouvoir accepter les participants un par un en vérifiant les noms qu’ils ont renseigné ou indiquer que vous souhaitez accepter tout le monde automatiquement :

Les différentes possibilités de la réunion virtuelle sont rappelées sur la diapositive d’accueil. Ainsi, selon les droits accordés, il est possible d’activer son micro, sa webcam ou le partage d’écran avec les boutons situés en bas de l’écran. Un outil de discussion textuel est aussi disponible dans l’onglet “Discussion publique” du menu de gauche :

En cliquant sur la roue dentée à droite de Utilisateurs, vous avez accès aux paramètres de la salle de réunion :

Dans ce menu, avec l’option “Verrouiller les spectateurs“, vous pouvez modifier les autorisations des participants au cours de la réunion virtuelle (par exemple, couper tous les micros lorsque vous souhaitez le silence) :

Dans le même menu, vous avez la possibilité d’organiser des groupes avec l’option “Créer des réunions privées“. Vous pourrez alors paramétrer le nombre de groupes (ici appelées réunions) et sa durée maximale d’existence. Vous pouvez attribuer les participants dans les différents groupes par glisser-déposer (ou les assigner au hasard) et autoriser les participants à rejoindre les autres groupes s’ils le souhaitent avec la case à cocher (il est possible d’accéder à tous les groupes dans ce cas ; un par onglet) :

Pour rejoindre les différentes salles créées, il suffit de cliquer sur l’onglet “Salle de réunion privée” dans la barre de gauche puis de cliquer sur le lien “Rejoindre la réunion” (cela ouvrira la salle en question dans un nouvel onglet). Il est aussi possible de mettre fin à toutes les réunions privées :

Dans le menu de gauche, les participants ont aussi accès à un outil de prise de notes partagées (sauf s’il a été désactivé dans les options) :

Le diaporama préchargé lors du lancement de la réunion comporte des diapositives vierges pour servir de tableau blanc (il suffit de cliquer sur les flèches en bas de l’écran pour y naviguer). Les outils d’édition sont quant à eux présents sur la droite de l’écran :

Avec le bouton “+” situé en bas à gauche, il est possible de débuter un sondage, de charger une autre présentation (il faut préférer le format pdf) ou de partager une vidéo externe :

En cliquant sur son propre pseudo dans la liste de gauche, un participant peut modifier son statut (par exemple, lever la main). En cliquant sur le pseudo d’un autre participant sur la liste de gauche, vous pourrez le définir comme présentateur ou comme modérateur (ou à l’inverse lui retirer ses rôles) ou encore l’exclure si nécessaire :

Enfin, avec le bouton présent en haut à droite, il est possible de mettre fin à la réunion ou tout simplement de se déconnecter :

Voilà pour la présentation de cet outil qui pourrait s’avérer utile dans les prochains jours… En espérant qu’il est conçu pour bien tenir les montées en charge… Rappel important : il est déployé en “beta”…

Etiquettes : Outils numériques
Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Les réunions en distanciel dans la vraie vie

En ces temps très incertains par rapport à un nouveau confinement ou même à une nouvelle période de cours à la maison, je partage avec vous cette vidéo qui date de 2014 (que vous connaitrez peut-être déjà) mais qui est toujours très actuelle maintenant… Le concept est plutôt simple : De quoi auraient l’air les réunions en distanciel si elles avaient lieu dans la vraie vie ?

Comme l’ont fait remarqué des collègues lors d’une formation hier, il manque quand même la personne qui a mis son micro dans le clavier (et qui ne l’utilise pas préférant taper à la main…) et les personnes en pyjama ou ne portant que le haut (seule partie visible à la caméra… quand tout va bien…).

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Faire le bilan du premier trimestre

Au moment du déconfinement, ma collègue Sara Toupin avait partagé le jeu “Je ne suis pas déconfit-e” pour accueillir la parole des élèves (en adaptant numériquement un plateau conçu par l’IREPS Pays de la Loire). J’avais fait cette activité et j’avais vraiment adoré car les élèves avaient réussi à poser des mots calmement sur cette période assez spéciale :

https://view.genial.ly/5ebe4ffd8e243b0d5a32bbeb

Etant donné que ce premier trimestre a été tout de même spécial (difficultés scolaires accentuées, terrorisme de retour dans l’actualité, nouveau confinement à respecter, etc), je voulais réutiliser ce type d’activité pour donner une chance à chacun de s’exprimer en cette fin de période. Ainsi, j’ai créé le Genial.ly suivant que je partage en tant que réutilisable :

https://view.genial.ly/60143d3d1bd3060d78c608b1

J’ai choisi des pions avec les lettres de l’alphabet pour que chaque élève retienne plus facilement son pion (même si c’est beaucoup moins joli que des pions avec avatar). Pour pouvoir intégrer un dé rapide à utiliser, je suis reparti de Dédé proposé par S’Cape, et j’ai repris la programmation pour effectuer les ajustements suivants :

  • Affichage du résultat du lancer plus rapidement ;
  • Possibilité d’afficher de 1 à 3 dés dans le jeu avec le paramètre en fin d’url : “?nb=1”

Voilà ce que cela peut donner :

Le code iframe à utiliser est dans Genial.ly est le suivant :

<iframe src="https://www.desmaths.fr/dice/?nb=1" scrolling="no" frameborder="0"></iframe>

Amusez-vous bien !

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Introduire la notion de fonction

Depuis plusieurs années, j’utilise une animation réalisée sous PowerPoint pour travailler le vocabulaire “antécédent” et “image”. Le problème étant que je ne pouvais pas changer les valeurs facilement car il fallait déplacer la languette contenant les valeurs pour modifier la valeur puis la replacer au bon endroit…

J’ai donc eu l’idée d’utiliser Genial.ly pour réaliser cette animation tout en me laissant la possibilité de changer les valeurs simplement en éditant deux listes (celle des antécédents et celle des images) :

Une seule diapo avec deux listes à modifier (antécédents et images)

La tâche ne fut pas facile mais j’ai été super bien guidé par Patrice Nadam de S’Cape que je remercie grandement ici. Il faut dire qu’il s’y connait plutôt pas mal maintenant comme en témoignent toutes les extensions que le collectif propose pour rendre Genial.ly encore plus ludique… Voilà le rendu de l’animation si vous voulez tester en direct :

https://view.genial.ly/5fba4d5b749f7b0d221a29ac

Le fait d’utiliser l’animation et la modélisation de la fonction sous la forme d’une “boîte magique” permet tout d’abord d’introduire la façon de noter les relations entre un nombre et son image car les élèves doivent trouver eux-même un moyen prendre en note ce qui défile. Généralement, je peux rebondir sur l’utilisation du signe “=”, de la flèche “->” ou encore sur la notation sous forme d’un tableau en utilisant les productions des élèves.

Ensuite, elle permet aussi de travailler le vocabulaire “image” et “antécédent” sans s’attacher à la représentation de la fonction en posant de simples questions après le visionnage : “Quelle est l’image de 7 ?” ou “Quels sont les antécédents de 4 ?”. Avec des valeurs bien choisies au départ, les élèves doivent réfléchir et s’approprier le vocabulaire.

Dans un dernier temps, il est aussi possible de demander aux élèves de trouver la bonne formule algébrique de cette fonction parmi plusieurs propositions…

Et, comme je veux bien partager ce travail, je l’ai évidement paramétré en “réutilisable” donc vous pourrez le récupérer sur votre propre compte et l’utiliser avec vos propres valeurs… Pour cela, il vous suffira de cliquer sur ce lien.

Attention à ne pas supprimer les éléments qui sont tous importants : les deux listes “antecedents” et “images”, les deux champs “??” sur la bande grise, les boutons “précédent” et “suivant”, et le bloc “Programme” contenant le programme Javascript.

Suite à la publication de cet article sur Twitter, @mathasius a partagé cette excellente ressource “Constructeur de fonctions” du site PhET que je ne connaissais pas :

https://phet.colorado.edu/sims/html/function-builder/latest/function-builder_fr.html
Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Partager les valeurs de la France

Pour aborder l’hommage à Samuel Paty et évoquer avec les élèves des valeurs de la France, j’ai préparé ce Genial.ly en guise de ressource qui englobe la majorité des points :

https://view.genial.ly/5fa3fe7f9bff5f0cee6cc64c

Le menu est directement integré au visuel :

  • Les mots “liberté”, “égalité” et “fraternité” du fronton renvoie vers les diapositives de ces différentes valeurs.
  • Au sein de la partie “liberté”, il y a un zoom sur la liberté d’expression (au travers de diapositives supplémentaires).
  • La question “laïcité ?” du personnage renvoie vers les diapositives liées à cette valeur (explication générale, et articles de la charte de la laïcité à l’école).
  • La silhouette colombe dans le ciel renvoie vers la diapositive de l’hommage à Samuel Paty.

Bien qu’il ne soit certainement pas parfait, je le partage ici pour que chacun puisse l’utiliser s’il le souhaite… Et même s’il est regrettable que nous ne disposons plus du temps de concertation initialement prévu, essayons de rendre hommage à Samuel Paty dans les classes du mieux que nous le pouvons…

Et à la question “Monsieur, vous croyez en quoi vous ?”, la réponse viendra naturellement : “Comme Samuel Paty, je crois en la laïcité, je crois en l’éducation mais surtout, je crois en vous.”.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Shut the box, entre hasard et calcul

Suite à un tweet de Charivari, j’ai découvert le jeu “Shut the box” et les nombreuses adaptations que l’on peut faire en classe :

Est-ce qu’il y a ici des collègues de cycle 2 (ou 3) qui font jouer leurs élèves à shut the box ?

Quelle règle utilisez-vous ? Peut-on décomposer en 3 (10 = 2+3+5) ? Rejoue-t-on tant qu’on peut ou bien joue-t-on chacun son tour ? @TrouillotEric @MathsMhm @claire_lomme

Charivari choyée (@Charivari1) le 25 Octobre 2020.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, voici les règles du jeu :

Shut The Box se joue avec 2 dés et le plateau de jeu contenant des boîtes numérotées de 1 à 12.
À chaque lancer des 2 dés, le joueur doit fermer des boîtes grâce à son tirage :
- soit 1 boîte correspondant à la somme des valeurs des 2 dés ;
- soit 2 ou 3 boîtes en décomposant la somme des valeurs des 2 dés (par exemple, 10 = 3 + 7 ou 10 = 1 + 4 + 5).
Si le joueur ne peut fermer aucune nouvelle boîte, son tour s'arrête et son score est égal à la somme des valeurs des boîtes non fermées.
Le joueur ayant obtenu le plus petit score gagne la partie.

Etant pressé d’y jouer et n’ayant pas le jeu à disposition, j’ai créé cette version papier (que l’on peut plastifier) sobrement intitulé “Tick The Box” :

Lien de téléchargement en fin d’article…

Et pour donner une réglette à chaque élève afin de pouvoir jouer en classe entière avec un même tirage simultané, voici une autre disposition :

Lien de téléchargement en fin d’article…

Et pour s’amuser sans matériel, ni papier ni dés, j’ai développé une version numérique du jeu (simple et fonctionnelle). Il y a même la vérification des coups joués et la détection de fin de partie :

Belle partie non ?

A vous de jouer :

https://www.desmaths.fr/jeux/trac/

Pour ceux qui veulent une version libre (sans vérification des coups) pour utiliser leurs propres règles, c’est possible aussi sur ce lien :

https://www.desmaths.fr/jeux/trac/libre.html

Enfin, voici les liens de téléchargement des fichiers présentés dans l’article :

NB : Arnaud (de Mathix.org) avait proposé une version pour jouer à plusieurs sur son site durant l’été dont voici les liens : articlejeu.

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Marre de toujours les recadrer

On ne parlera pas d’élèves mais d’images utilisées pour la page d’accueil du portail e-lyco du collège… J’avais pris l’habitude de recadrer manuellement les images utilisées par l’administration dans un éditeur d’images pour uniformiser notre mise en page mais j’ai finit par me lasser (quand de nombreuses actualités sont postées, cela devient vite lassant)…

Il fallait donc que je trouve un outil simple qui permettrait d’importer une image puis d’effectuer le recadrage très facilement afin d’aider l’administration à réaliser elle-même les vignettes plus facilement dans le bon format (sans que je doive intervenir à posteriori).

Je suis ainsi tombé sur l’outil Cropper.js et je l’ai juste paramétré pour qu’il puisse générer des vignettes au format 400×250. Comme il est plutôt bien développé, je n’ai pas eu à mettre les mains dans le code et je ne m’en attribue pas le développement… J’ai finalement juste réalisé l’habillage (optimisé pour les ordinateurs de bureau) :

Oui, je sais… Le nom était facile…

Si vous souhaitez aussi utiliser cet outil, vous pouvez directement vous rendre à l’adresse ci-dessous :

https://www.desmaths.fr/e-lycrop/

Etiquettes : E-lyco ; Outils numériques
Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Pour monter en puissance

J’ai terminé les corrections des premières évaluations de l’année sur le calcul numérique en troisième dans lequel j’évaluais la maîtrise des techniques opératoires sur les fractions ainsi que les notions sur les puissances (avec entre autres, l’utilisation de l’écriture scientifique et des exposants négatifs).

Il faut croire que les habitudes de travail (notamment pour l’apprentissage régulier des méthodes et des notions) ne sont pas encore tout à fait revenues étant donné que la plupart des copies ne contenaient que des brides de souvenirs du travail effectué en classe (où tout semblait s’emmêler). Je suis cependant certain qu’ils feront mieux la prochaine fois car ils sont volontaires.

Plus précisément, l’exercice visant à vérifier la bonne compréhension des exposants (positifs ou négatifs) a révélé que les élèves avaient mal retenu la notion et tout signe négatif dans la notation puissance était bon pour passer à l’inverse… Après l’activité qui permettait d’amener cette notion, j’avais pourtant répété de nombreuses fois à l’oral “a exposant -n est l’inverse de a exposant n” comme pour imprégner leur subconscient et on avait même travaillé la simplification d’écriture en utilisant cette même règle. Tous me semblaient à l’aise avec ces écritures sur le temps de classe…

Bref, ce ne fut pas le cas, j’en tire ma part de responsabilité aussi et il fallait que je trouve le moyen de retravailler cette notion sans y perdre énormément de temps tout en permettant à chaque élève de s’améliorer. M’inspirant du principe des rituels à l’entrée de classe pratiqué par Claire Lhomme (oui, encore !), j’ai concocté une vingtaine de cartes sur ce thème et je les ai présenté aux élèves dans le couloir en les accueillant (avec la dose traditionnelle de gel hydro-alcoolique).

La première tentative fut un échec mais je m’en doutais… Le contrôle étant passé, je les voyais mal revoir cette notion eux-mêmes… Par contre, mécontents d’avoir échoué (ils pouvaient gagner 2 points sur leur copie), ils ont souhaité savoir pourquoi leurs réponses étaient fausses (quand d’ordinaire, ils auraient rapidement rangé le contrôle au fond du cahier). J’ai donc pu, de nouveau, ré-expliquer la notion, en leur précisant bien qu’il fallait prendre le temps de la digérer en s’entrainant de nouveau à la maison…

Non content de mes petites cartes, j’ai préparé une version numérique ce matin qui permet de générer aléatoirement ces puissances en forçant l’utilisation d’au moins un signe négatif dans l’écriture (comme c’était cela qui leur poser problème). Cela permettra aussi aux élèves de s’entrainer à la maison :

“Moins et moins, ça donne plus non ?”… Outch, j’ai mal !
https://www.desmaths.fr/jeux/power/

C’est un outil basique donc les puissances générées se limitent aux puissances de 2, 3, 5 et 10 facilement calculables de tête. Les puissances déjà proposées sont sauvegardées jusqu’à actualisation de la page pour éviter de retomber continuellement sur les mêmes… De plus, je viens d’ajouter l’option qui permet d’obtenir le résultat en cliquant sur le calcul pour permettre une vérification plus rapide pour les élèves qui s’entraineraient en autonomie.

En espérant que ce temps sera réellement utile à l’assimilation des élèves…

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Un générateur de grilles SquarO

Pour ceux qui ne connaissent pas encore, voici la règle de SquarO : il faut noircir un certain nombre de ronds blancs de sorte que le chiffre présent dans chaque case indique le nombre de points noirs qui l’entourent.

Ne trouvant plus le site d’origine du jeu (squaro.fr est étonnamment vide), j’ai programmé un petit générateur de grilles simples (aux formats 2×2, 3×3, 4×4, 5×5). En effet, compte tenu de la programmation actuelle, la résolution ne demandera jamais de poser des hypothèses. Par contre, le programme vérifie que chaque grille dispose d’une unique solution :

Exemple de grille générée de façon aléatoire

Il est possible ensuite de télécharger la grille et sa solution sous forme d’images mais aussi d’essayer de résoudre manuellement la grille directement sur le site en cliquant sur les différents points.

Voici donc le lien vers le générateur :

https://www.desmaths.fr/jeux/squarO/

Et pour ceux qui voudraient créer leur propres grilles et solutions (sans s’embêter avec le style graphique), j’ai aussi programmé une page qui permet de le faire :

https://www.desmaths.fr/jeux/squarO/make.html

Amusez-vous bien !

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons

Outils en ligne pour l’accessibilité numérique

Les outils ci-dessous ont été choisi selon les critères de gratuité et d’efficacité. Ils sont tous utilisables en ligne, sans installation (pas de soucis dans les établissements scolaires). Il en existe d’autres évidemment et chacun reste libre de les utiliser ou non. Cette liste est loin d’être exhaustive.

Reconnaissance de caractères

i2ocr (depuis une image) : http://www.i2ocr.com/free-online-french-ocr
i2ocr (depuis un fichier pdf) : http://www.i2ocr.com/pdf-ocr-french

Aide à la lecture

LireCouleur : http://lirecouleur.arkaline.fr/web.html

Synthèse vocale

Natural Readers : https://www.naturalreaders.com/online/

Enregistreur vocal

bearrecord : https://voice-recorder-online.com/fr

Boîte à outils pdf

PDF Candy : https://pdfcandy.com/fr/

Cette liste pourra bien sûr être amenée à évoluer petit à petit…

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez le partager avec vos amis avec ces boutons :
Licence Creative Commons